Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

12 articles avec thriller

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, de Céleste NG

Publié le par Alice

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, de Céleste NG

Lydia est morte. La seule enfant aux yeux bleus de cette famille métis dont le père est un fils d'immigré chinois.

L'histoire se passe dans les années 70, dans une banlieue américaine où la différence de couleur de peau, ou d'origine ethnique n'est pas commune. Malgré les diplômes du père, il ne pourra jamais enseigner à Harvard. Quant à la mère, qui a pour ambition de ne pas ressembler à sa propre mère, dévouée aux tâches domestiques et à "l'art de tenir sa maison", son objectif est de devenir femme médecin malgré les préjugés et obstacles. Malheureusement ce plan de carrière sera définitivement abandonné au profit d'une première grossesse, d'une seconde et enfin d'une troisième et dernière grossesse.

D'enquête au sens traditionnel, vous n'en trouverez pas dans ce roman, en revanche, l'auteur vous emmène vers une enquête psychologique : une introspection familiale qui déconstruit la manière dont chacun s'est bâti.

Les identités des trois enfants tout comme celles des parents sont intrinsèquement liées et imbriquées dans leur relation aux autres, que l'Autre représente la société (le regard porté sur l'immigré, la femme carriériste...)  ou la famille qui par le pouvoir des figures d'attachement que sont les parents, peut mettre un poids bien trop grand sur les épaules de sa progéniture.

N'attendez pas un polar car à mesure que la lecture du livre se fait, le lecteur n'a plus de doutes à propos des causes de la mort de Lydia. Pourtant à mesure que les personnages prennent plus de profondeur, la prise de conscience de leur part de responsabilité se fait plus aiguë.

Chacun se bat avec ses souffrances, ses deuils et aspirations impossibles ; la jalousie n'a pas de place. Ici il est question de l'identité de soi face à l'autre.

Cette oeuvre est différente et particulièrement réussie, d'autant plus qu'il s'agit d'un premier roman où le regard sociologique éclaire particulièrement la psychologie des personnages.

 

J'ai lu ce livre dans le cadre du Prix Relay des voyageurs (une sélection de quatre romans reçus grâce à Babelio) et pour lesquels nous sommes tous invités à voter.

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, de Céleste Ng

Editions Sonatines, 2016.

Publié dans Thriller, Roman, Prix Relay

Partager cet article

Repost 0

Territoires, le polar réaliste et engagé d'Olivier NOREK

Publié le par Alice

Territoires, le polar réaliste et engagé d'Olivier NOREK

Résumé éditeur

Depuis la dernière enquête du capitaine Victor Coste, le calme semble être revenu au SDPJ 93. Son équipe, de plus en plus soudée, n'aura cependant pas le temps d'en profiter. L'exécution sommaire, en une semaine, des trois jeunes caïds locaux de la drogue va tous les entraîner dans une guerre aussi violente qu'incompréhensible. Des pains de cocaïne planqués chez des retraités, un ado de 13 ans chef de bande psychopathe, des milices occultes recrutées dans des clubs de boxe financés par la municipalité, un adjoint au maire torturé, retrouvé mort dans son appartement, la fille d'un élu qui se fait tirer dessus à la sortie de l'école... Coste va avoir affaire à une armée de voyous sans pitié : tous hors la loi, tous coupables, sans doute, de fomenter une véritable révolution. Mais qui sont les responsables de ce carnage qui, bientôt, mettra la ville à feu et à sang ? Avec son deuxième polar admirablement maîtrisé, Olivier Norek nous plonge dans une série de drames – forcément humains – où seul l'humour des " flics " permet de reprendre son souffle. Un imbroglio de stratégies criminelles, loin d'être aussi fictives que l'on croit, dans un monde opaque où les assassins eux-mêmes sont manipulés.

 

Après Code 93, Olivier NOREK plante le même décor de banlieue, les mêmes flics, dirigés par Coste, pour une enquête politico-sociale.

Des trafics entre les immeubles qui garantissent à Madame le Maire une relative paix sociale à coups de logements HLM, de vacances en bord de mer et d'assistants repris de justice, anciens caïds, à même de mater les insurrections naissantes.

Pas de faits divers tranquilles : de la violence à l'état brute, gratuite. Des gosses qui torturent à tour de bras, des vieux qui deviennent "nourrices", l'Etat coupable et victime.

Et pourtant, il y a une humanité folle chez ces policiers qui tentent de ne pas oublier de vivre, d'aimer, construire leur vie.

La ville est viciée, corrompue, des plus faibles aux plus forts. Personne n'espère, la survie est la règle. Et pourtant c'est notre monde, celui qui redoute les émeutes des banlieues, fragilisé par le traumatisme des émeutes des banlieues, réelles, elles.

 

 

- Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi depuis une dizaine d'années les émeutes ne durent jamais plus de quatre jours? Et pourquoi ces émeutes ne quittent jamais la commune d'où elles surgissent?

- Je n'en ai aucune idée.

- Rappelez-vous Clichy-sous-Bois. Vingt et une nuits d'affrontements répandus sur différentes villes et presque tout le territoire. Un état d'urgence décrété et une addition de plusieurs centaines de millions d'euros. Le gouvernement a vite compris que pour faire des économies, il fallait tuer ces soulèvements dans l'oeuf. Et tout spécialement ceux du 93.

- Pourquoi la Seine-Saint-Denis aurait-elle un traitement de faveur?

- Parce que nous sommes le paillasson de Paris. Toute la politique est centrée dans la capitale et quand ça brûle en banlieue, l'odeur arrive jusque sous leur fenêtre. Nous sommes trop proches du coeur pour qu'ils acceptent que la situation s'envenime. Regardez comme on laisse Marseille et la Corse à la dérive. Juste parce qu'ils sont si loin du centre qu'ils sont considérés comme presque indigènes. Et encore, c'est la métropole. Dans toutes les Antilles, les mouvements sociaux ont été ignorés et ont dégénéré mais depuis, rien n'a réellement changé. Vous savez que, cette année, il y a eu deux fois plus de règlements de comptes en Guadeloupe que dans les Bouches-du-Rhône? Et pourtant, le battage médiatique s'est cantonné à Marseille. Je vous assure que plus on se rapproche géographiquement de l'Elysée, moins on a de chances d'être oubliés. Le gouvernement n'autorisera pas son voisin du 93 à s'enliser dans une insurrection.

 

Territoires, d'Olivier NOREK

Editions Pocket, 2015.

 

Publié dans Polar, Thriller, Coup de coeur

Partager cet article

Repost 0

Lisa Gardner ou ces livres de 24 heures

Publié le par Alice

Lisa Gardner ou ces livres de 24 heures

Résumé éditeur :

Tess croyait avoir trouvé le mari idéal en la personne de Jim Beckett, un policier jouissant d'une excellente réputation dans la petite ville de Williamstown, Massachusetts.
Mais deux ans après le mariage, elle découvre l'horreur : son époux a assassiné, dans des circonstances effroyables, plusieurs femmes. Tess n'a d'autre choix que de le dénoncer à la justice.
En attendant d'être jugé, Jim est placé dans un quartier de haute sécurité. Le jour où, tuant deux gardiens, il parvient à s'évader, il n'a plus qu'une idée en tête : retrouver celle qui l'a trahi.
Et lui rappeler qu'ils sont unis, quoi qu'il arrive, jusqu'à ce que la mort les sépare...

 

Tess, est l'enfant unique d'un couple dont l'homme est violent. Sous le regard et les attentions de Jim Beckett, policier reconnu, elle se sent enfin protégée. Il l'épouse, et lui promet d'être lié à elle "jusqu'à ce que la mort les sépare".

Sauf que Jim s'avère être un homme manipulateur, tyrannique et surtout un tueur en série particulièrement sanguinaire...

Quand l'histoire débute, Tess tente de convaincre un ancien mercenaire, J.T, de lui apprendre les rudiments de l'auto-défense. En effet, la police a échoué dans sa mission de protection et son ex-mari, qui s'est enfui du centre pénitentiaire de haute sécurité, n'a qu'une idée en tête : se venger et la tuer.

J.T. est un homme rongé par le passé, par le poids d'un père autoritaire et violent, un père qui a détruit psychologiquement ses deux enfants, son fils, et sa fille Marion.

Evidemment, quand deux enfants cassés se rencontrent... Entre la peur d'aimer et le besoin de se sentir en sécurité... les deux personnages s'attirent comme des aimants mais Jim, qui connait toutes les ficelles de la police, use de stratagèmes pour repérer sa proie, Tess, et mettre son plan à exécution.

C'est un roman de 48 heures car quand on commence la lecture, on doit la finir dans la foulée. Même si ce n'est pas si crédible, même si les ficelles sont grosses, même si, même si...

Lisa Gardner est un de ces auteurs dont il faut toujours avoir un titre dans sa bibliothèque, vous ne serez jamais vraiment déçus en ouvrant un de ses livres, et moins encore en le refermant. Vous aurez "juste" passé 48 heures dans une vie qui n'est pas la vôtre, à vous rongez les sangs pour savoir si les héros sortiront indemnes des pages.

Jusqu'à ce que la mort nous sépare, de Lisa GARDNER

Editions Archi poche, novembre 2015

(Le samedi il y a RV lecture ici)

Publié dans Polar, Thriller

Partager cet article

Repost 0

Le lac, la suite réussie de Vogonzero

Publié le par Alice

Le lac, la suite réussie de Vogonzero

J'avais achevé la lecture de Vogonzero, totalement emballée. C'était celui-ci que j'avais placé tout en haut du podium du Prix des lectrices Elle 2015.

On retrouve les personnages en exil, fuyant le virus meurtrier qui semble avoir décimé la totalité des habitants de la Russie. Nombreux dans un abri de fortune, ils vont devoir apprendre à gérer la faim, le froid, la promiscuité et les vains espoirs.

Ils sont onze, ne se sont pas choisis ; Anna cohabite toujours avec l'ex-femme de Sergueï et leur jeune enfant. Jeunes, vieux, personnalités violentes ou égoïstes, le huis clos subi exacerbe les tensions.

Contraints d'apprendre à pêcher dans ce lac gelé, le Vongozero, les maigres denrées apportées de la ville s'épuiseront vite. Il faudra alors composer / négocier avec ces trois "voisins" venus de nulle part, affronter encore une fois la mort.

L'héroïne, Anna, représente à elle seule la souffrance physique mais surtout mentale du groupe puisque c'est elle la narratrice qui incarne le glissement de la vie vers l'instinct de survie. Ce qui se joue entre les personnages est également passionnant, tous évoluent, on perçoit mieux, à mots couverts, ce qui les relie et ce qui les a fait, un jour, se trouver.

La force de l'intrigue, c'est aussi d'imaginer ce que représente cette vie où toute issue heureuse paraît impossible : la Finlande, à deux pas d'eux, n'acceptera jamais d'accueillir ces rescapés. Le virus, dont les personnages ne savent rien, et surtout pas le mode de transmission, l'absence de carburant pour alimenter les voitures dont les batteries sont mortes, l'hostilité de la nature et des éléments, la faim et ces enfants qu'il faut nourrir, et surtout ce sentiment, après avoir traversé la Russie dévastée, d'être peut-être les seuls survivants...

Deux romans atypiques qu'il faut absolument lire (et dans l'ordre !)

 

 

 

 

Vongozero et Le lac, de Yana VAGNER

Mirobole Edition

Publié dans Thriller

Partager cet article

Repost 0

La maison d'à côté, de Lisa GARDNER

Publié le par Alice

La maison d'à côté, de Lisa GARDNER

Quatrième de couverture

Un fait divers dans une banlieue résidentielle de Boston passionne les médias. Sandra Jones, jeune maîtresse d'école et mère modèle, a disparu. Seul témoin: sa petite fille de 4 ans. Suspect n°1: son mari Jason.

Dès que l'inspectrice D.D. Warren pénètre chez les Jones, elle sent que quelque chose cloche : les réticences de Jason à répondre à ses questions, son peu d'empressement à savoir ce qui a bien pu arriver à son épouse "chérie" ...

Tente-t-il de brouiller les pistes ou cherche-t-il à protéger sa fille, à se cacher? Mais de qui?

 

 

Un bon thriller qu'on ne peut pas lâcher ! 

Une jeune femme, mère de famille aimante a disparu. Son mari appelle la police plusieurs heures après avoir constaté sa disparition. C'est un homme qui semble dénué de toute émotion, au comportement et aux réactions inhabituels dans ce genre de situation.

Alors que les chapitres alternent entre la narration par la disparue qui raconte ce qui s'est passé avant, c'est-à-dire la suite d'événements qui ont mené à la situation actuelle, qui elle, forme le second récit. 
On élabore des pistes en même temps que les enquêteurs et ça marche bien ! On perçoit ce qui se dessine et trame doucement. 


Un auteur qui confirme son talent en matière de suspense ; même si les grosses ficelles américaines ne sont pas celles que je préfère d'ordinaire, celles-ci rendent la lecture sympathique et captivante.

Publié dans Thriller, Polar

Partager cet article

Repost 0

Une autre vie, S.J. WATSON

Publié le par Alice

Quatrième de couverture

Femme au foyer, Julia mène une vie bien rangée à Londres avec son mari et son fils. Lorsqu’elle apprend la mort de sa jeune sœur, Kate, victime d’une agression à Paris, près du canal de l'Ourcq, elle est sous le choc. Les deux sœurs, dont les relations n'ont jamais été faciles, s'étaient perdues de vue. Ne parvenant pas à faire son deuil, Julia décide d’aller à Paris afin d’en savoir plus sur la vie que menait Kate. Là, elle apprend que cette dernière fréquentait assidûment les sites de rencontre en ligne. Le doute s’insinue alors dans son esprit : et si la mort de sa sœur n’était pas due à une simple agression mais à une mauvaise rencontre ? Ne pouvant se débarrasser de cette idée obsédante, Julia décide de se faire passer pour Kate sur le site Internet d’escorts que celle-ci utilisait. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question, des ambitions laissées derrière elle, Julia ne réalise pas qu’elle est en train de jouer un jeu dangereux à double titre. Si elle a en effet raison sur les circonstances de la mort de sa sœur, elle prend tous les risques. Et en goûtant à une autre vie, plus excitante, que va-t-il rester de la sienne ?

Tout est dit dans cette quatrième de couverture, et ce qui n'est pas dit, c'est peut-être le "too much" de l'histoire.

Rien n'est crédible : le couple qui ne peut avoir d'enfant et qui élève celui de la soeur instable, la femme mariée rangée à un chirurgien qui a été autrefois photographe, toxico et alcoolo dont le petit ami est mort d'une overdose. Kate, la soeur donc, a été tuée, et en voulant retrouver son meurtrier, Julia s'inscrit sur un site de rencontre pour mener l'enquête et noue une relation amoureuse avec un homme plus jeune. Or celui-ci s'avère être un pervers narcissique, manipulateur, dangereux psychopathe qui la fera chanter avec des vidéos de leurs ébats. A cela s'ajoutent les soucis professionnels de son mari, l'identité réelle du fils, celle de l'amie de Kate, la soeur de l'héroïne, les vieux démons alcooliques qui se réveillent. 

Trop, beaucoup trop d'éléments parallèles, le récit se perd en détails et en densité. La résolution de l'intrigue est encore bien plus tirée par les cheveux.

Je vous conseille le précédent roman de cet auteur qui m'avait laissé un souvenir bien plus agréable, Avant d'aller dormir, et concernant celui-ci, passez votre chemin si vous aimez les intrigues intelligentes et bien ficelées.

 

Une autre vie, de S.J. WATSON

Editions Sonatine, 2015.

Publié dans Thriller

Partager cet article

Repost 0

Preuves d'amour, de Lisa GARDNER

Publié le par Alice

Preuves d'amour, de Lisa GARDNER

Quatrième de couverture

Tessa Leoni, officier de police respecté, a abattu son mari en lui tirant trois balles dans le corps avec son arme de service. Elle ne supportait plus la violence de ce dernier. C'est la version qu'elle donne à l'inspectrice D.D. Warren lorsque celle-ci arrive sur les lieux. Mais, si les bleus sur le visage de la jeune femme sont irréfutables, il y a une chose que D.D. Warren ne s'explique pas : sa petite fille de six ans a disparu, et Tessa reste évasive à ce sujet. Que cherche-t-elle à cacher ? Les deux femmes vont s’affronter pour une même cause : la survie de l’enfant.
Plus poignant que jamais, le nouveau suspense de Lisa Gardner, best-seller aux États-Unis, nous plonge au cœur du mensonge avec un talent vertigineux.

Un thriller surprenant dont les pistes pourtant évidentes du début du roman, se déconstruisent peu à peu.
Tessa Leoni, officier de police, a tué son mari un soir, en rentrant de son service.

Les marques de coups sur son corps et son visage laissent penser qu'elle a été une femme maltraitée, et a donc agi en étant de légitime défense. Sa fille a disparu, et elle supplie l'inspectrice D.D Warren et son collègue de la retrouver.

Pourtant, ni son attitude ni ses mots ne paraissent sincères, d'autant plus lorsque le médecin légiste s'aperçoit que le corps du mari a été... congelé puis décongelé et que sa mort est donc un peu plus ancienne que ce que Tessa a laissé croire . Alors qui est-elle? que cache-t-elle? aurait -elle tué sa fille? en plus de son mari?

La construction est assez inédite et l'intrigue vraiment bien faite : le lecteur émet des hypothèses, redoute la mort de la fillette, cherche à comprendre la détermination de la prévenue dont les ruses sont aussi imaginatives que réussies.

Un roman qui se laisse lire avec plaisir !

Publié dans Thriller

Partager cet article

Repost 0

Intérieur nuit, de Marisha PESSEL

Publié le par Alice

Intérieur nuit, de Marisha PESSEL

Quatrième de couverture : Par une froide nuit d’octobre, la jeune Ashley Cordova est retrouvée morte dans un entrepôt abandonné de Chinatown. Même si l’enquête conclut à un suicide, le journaliste d’investigation Scott McGrath ne voit pas les choses du même œil.
Alors qu’il enquête sur les étranges circonstances qui entourent le décès, McGrath se retrouve confronté à l’héritage du père de la jeune femme : le légendaire réalisateur de films d’horreur Stanislas Cordova – qui n’est pas apparu en public depuis trente ans. Même si l’on a beaucoup commenté l'œuvre angoissante et hypnotique de Cordova, on en sait très peu sur l’homme lui-même. La dernière fois qu’il avait failli démasquer le réalisateur, McGrath y avait laissé son mariage et sa carrière. Cette fois, en cherchant à découvrir la vérité sur la vie et la mort d’Ashley, il risque de perdre bien plus encore…
Jouant avec les codes du thriller, incluant dans son récit des documents, photographies, coupures de journaux ou pages web, Pessl nous entraîne dans une enquête vertigineuse autour de Stanislas Cordova et de sa fille, deux êtres insaisissables attirés par l’horreur et le mal.
L’inventivité de l’auteure et son goût indéniable pour les pouvoirs de la fiction font penser tour à tour à Paul Auster, Georges Perec, ou Jorge Luis Borges. Avec son style maîtrisé et ses dialogues incisifs, ce roman, sous l’apparence classique d’un récit à suspense, explore la part d’ombre et d’étrangeté tapie au cœur de l’humain.

 

 

Mettez ce roman entre vos mains, et vous comprenez d'emblée qu'il est différént : lourd, épais (700 pages), et entre ses pages de texte typographié, des photos, des captures d'écran, des photocopies d'articles de journaux, de notes prises, de pages noires.

Un livre-objet, un roman-documenté.

D'emblée le roman s'ouvre sur un corpus de documents : articles relatant la mort d'Ashley Cordova, fille du célèbre et mystérieux Stanislas, réalisateur dont les oeuvres sont si subversives et noires, qu'elles sont interdites de diffusion en salle. Inévitablement, le mystère auréolant l'artiste est transcendé par des miliers de fans, alimentant leur goût de l'horreur en mythifiant de manière effroyable Stanislas Cordova.

L'enquête débute et le lecteur est aspiré dans l'intrigue, il en fait partie, il participe et joue la même partie que Scott Mac Grath, le journaliste qui a déjà enquêté sur le réalisateur, dont un (faux?) témoignage l'a totalement décrédibilisé sur la scène professionnelle. Lorsqu'il apprend la mort d'Ashley, le dossier "Cordova" archivé à regret et par dépit revient sur le devant de la scène médiatique et Mc Grath reprend son enquête. Cette fois-ci, sa route croisera celle de deux personnages bien mal assortis dont on doute très vite qu'ils puissent être des "adjuvants" (ceux qui aident le héros): un jeune dealer et une très jeune femme sans domicile, trimballant son passé et ses croyances comme autant de grigris.

Le roman est lancé, pas de longueur. Les trois personnages enquêtent, interrogent des acteurs ayant joué pour Cordova, des personnes ayant croisé Ashley, tentant de cerner et comprendre la personnalité bien complexe de la jeune femme. L'enquête prend un tour irréel, la réalité se laisse distancier au fil des pages, la magie noire comme autant de ressorts possibles et impossibles. McGrath, carthésien refuse l'évidence qui s'impose : les phénomènes paranormaux seraient le lien entre les personnes qui ont gravité autour du Peak, la propriété ultra protégée et sécurisée des Cordova. Une citation revient à plusieurs reprises, comme un mantra : "Certaines histoires étaient infectées, pareilles à des vers solitaires. Un ver solitaire qui a mangé sa propre queue. Ca ne sert à rien d'aller le chercher. Parce qu'il est sans fin. Tout ce qu'il fera, c'est s'enrouler autour de ton coeur et le vider de son sang en le serrant."

Le héros qui a tout perdu alors que le roman commence, devra se délester de ses idées préconçues, de ses propres certitudes à propos d'Ashley, son père et même à propos de sa propre famille, avant de pouvoir avancer. On pourrait risquer le parallèle avec un roman d'apprentissage, la quête de Mac Grath est celle, intiatique, vers l'Autre : tournée vers les valeurs morales et le soin porté à ceux qui nous entourent.

Un roman génial.

 

Intérieur nuit, de Marisha PESSEL
Intérieur nuit, de Marisha PESSEL

Partager cet article

Repost 0

Derrière la haine, Barbara ABEL

Publié le par Alice

Derrière la haine, Barbara ABEL

Quatrième de couverture

D'un côté, il y a Tiphaine et Sylvain, de l'autre il y a Laetitia et David. Deux couples, voisins et amis, fusionnels et solidaires, partageant le bonheur d'avoir chacun un petit garçon du même âge. Maxime et Milo grandissent ensemble, comme des jumeaux. Jusqu'au drame. Désormais, seule une haie sépare la culpabilité de la vengeance, la paranoïa de la haine...

 

Une histoire presque banale : deux jeunes couples emménagent chacun dans une maison mitoyenne. Une amitié très forte naît et se construit au fil des ans, se renforce même lorsque deux petits garçons voient le jour.
Mais un jour, le drame : un terrible accident domestique et Maxime, le fils de Tiphaine et Sylvain meurt.
Culpabilité, traumatisme, vengeance... l'amitié volera en éclat pour mourir dans un plan plus que machiavélique.
Rien d'extraordinaire dans ce roman qui prend bien pied dans le banal, mais c'est efficace.

 

L'histoire se met en place (trop?) lentement, Barbara Abel tisse sa toile méticuleusement pour mieux accrocher et surprendre le lecteur avec le dénouement tragique.

Il y a une réelle volonté de placer le récit dans l'ordinaire, même si pour créer cet effet il faut passer par des phrases toutes faites, une banalité presque ennuyeuse : des considérations éducatives, domestiques...

Un thriller efficace parce que la fin est glaçante, mais qui ne laisse pas le lecteur passionné par sa lecture.

Publié dans Thriller

Partager cet article

Repost 0

N'éteins pas la lumière, de Bernard MINIER

Publié le par Alice

N'éteins pas la lumière, de Bernard MINIER

Quatrième de couverture

Christine Steinmeyer croyait que la missive trouvée le soir de Noël dans sa boîte aux lettres ne lui était pas destinée. Mais l’homme qui l’interpelle en direct à la radio, dans son émission, semble persuadé du contraire...

Bientôt, les incidents se multiplient, comme si quelqu’un avait pris le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s’effondre.

Avant que l’horreur fasse irruption. Martin Servaz, de son côté, a reçu par la poste la clé d’une chambre d’hôtel. Une chambre où une artiste plasticienne s’est donné la mort un an plus tôt. Quelqu’un veut le voir reprendre du service... ce qu’il va faire, à l’insu de sa hiérarchie et de ses collègues.

Et si nos proches n’étaient pas ce que nous croyons? Et si dans l’obscurité certains secrets refusaient de mourir? Non, n’éteignez pas la lumière, ou alors préparez-vous au pire...

 

 

Après avoir eu la désagréable impression de lire la même histoire que celle de Juste une ombre de Karine Giebel, j'ai mis de côté mon souvenir pour m'attacher au personnage de Christine et apprécier les péripéties mises en scène par l'auteur. 

Ce thriller est redoutablement construit : les soupçons à propos de tel ou tel protagoniste se déplacent habilement. Le personnage de Christine lui-même apparaissant beaucoup moins parfait que les premières pages ne laissent le supposer. Chacun se dévoile, avec ses souffrances passées, ses traumatismes à gérer.

Les tortures dont Christine est victime n'ont pas de limites ou presque... avec les drogues comme facilitateur, l'imagination de son / ses bourreau(x) est terrifiante. 

Ce roman se lit d'une traite parce que l'on a envie de sortir Christine de l'enfer, parce qu'il faut que ça cesse, pour elle comme pour le lecteur !

Une lecture de vacances qui remplit bien ses promesses...

Publié dans Thriller

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>