Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

3 articles avec prix relay

Envoyée spéciale, de Jean ECHENOZ

Publié le par Alice

Editions de Minuit, 2016

Editions de Minuit, 2016

Décidément, non, je ne me suis jamais passionnée par la lecture d'un roman deJean Echenoz. J'essaie mais chaque fois, il m'est impossible de m'attacher aux personnages, d'entrer dans l'univers du récit.

Pourtant celui-ci n'est pas très commun.

Les personnages traversent leur vie comme le récit. Plutôt passifs, ils semblent portés au gré de l'inspiration du narrateur qui se dévoile ouvertement, à la manière d'un conteur qui maintient constamment le lien avec son auditoire.

" Qu'ont-ils pu devenir? Eh bien de leur côté, les nouvelles ne sont pas terribles non plus. Nous avions laissé Christian, souvenons-nous, souffrant d'une intoxication alimentaire - affection dont une médication simple a d'ordinaire vite raison, c'est l'affaire de trois jours tout au plus. Or, dans son cas, pas du tout."

Le "nous" impose la connivence entre narrateur et lecteur pour mieux s'amuser (se moquer?) des personnages : Constance est la femme de Tausk, un ex-chanteur qui vit des royalties de sa carrière de chanteur d'une chanson à succès.

Un jour elle se fait enlever par un commanditaire dont on ignore son identité. Tausk, centré sur lui-même, ne répond pas à la demande de rançon, trop préoccupé par sa nouvelle histoire d'amour.

Constance vit cette expérience avec beaucoup de légèreté, en profitant pour lire L'Encyclopédie.

Gravitent autour de cette trame des personnages tout aussi farfelus et "normaux", le Général mis au placard, ses hommes de main, cet ex-malfrat-complice de Tausk qui a payé en années de prison un braquage effectué avec Tausk lorsqu'ils étaient jeunes...

L'auteur ? Narrateur? s'amuse de ses personnages, se moque de leurs attachements, de leur égocentrisme. Il force notre complicité, nous exhorte à regarder ce petit monde avec beaucoup d'ironie et de distance.

Mais, finalement, je crois que si je ne parviens pas à entrer dans l'univers de ce roman, c'est que j'ai besoin de les apprécier, de les admirer voire de m'identifier aux personnages pour mieux savourer la lecture...

 

J'ai lu ce livre dans le cadre du Prix Relay des voyageurs (une sélection de quatre romans reçus grâce à Babelio) et pour lesquels nous sommes tous invités à voter.

Publié dans Prix Relay, Roman

Partager cet article

Repost 0

Quoi qu'il arrive, de Laura BARNETT

Publié le par Alice

Quoi qu'il arrive, de Laura BARNETT

Editions Les Escales, 2015.

Ce roman, c'est une histoire d'amour avec des "si" : et si ils ne s'étaient pas aimés ce soir, et s'ils n'avaient pas décidé de se revoir, et la vie ne leur avait jamais offert le bon timing?

Et si finalement il n'y avait pas de bon moment pour se rencontrer?

Trois possibilités pour deux mêmes protagonistes qui se rencontrent, un matin de 58, alors qu'Eva chute de vélo...

Dans la première version, le coup de foudre est immédiat et Jim et Eva, à la suite de cette chute, ne se quitteront plus. Vie famille, réussite professionnelle unilatérale, enfants... mais aussi trahisons et séparation.

Dans la seconde possibilité de l'histoire, ils passeront leur vie à se croiser, rarement, tout en éprouvant une attirance et un lien particuliers l'un pour l'autre. La vie leur permettra-t-elle de se retrouver, un jour?

Et enfin, une autre version leur permet de se retrouver au milieu de leur vie, alors qu'ils ont déjà été mariés et ont eu des enfants. Recomposer avec des enfants, des conjoints quittés...

Le récit alterne entre ces trois versions, chapitre par chapitre. Quelquefois on s'y perd un peu parce qu'évidemment, quel que soit le choix que le narrateur effectuera, les trajectoires seront différentes et il ne faut pas se perdre non plus dans les personnages secondaires.

Pourtant, on retrouvera avec plaisir l'une ou l'autre version, comme une possibilité qui apparaît alors, dans sa construction, comme évidente. Il faut être un peu sentimental et romantique pour aimer ce livre, mais il faut aussi croire en le destin, comme si une part de notre vie (et surtout de nos rencontres) était tracée et qu'il suffit d'un hasard pour modifier le cours de notre histoire.

Quoiqu'il arrive est un roman plus profond qu'il n'y parait, l'histoire questionne également sur la parentalité, la filiation mais aussi sur l'accompagnement dans la maladie, la mort. Ce n'est pas une comédie romantique, la gravité est là, parce que finalement la légereté n'est-elle pas qu'une partie d'une sentiment amoureux?

 

J'ai lu ce livre dans le cadre du Prix Relay des voyageurs (une sélection de quatre romans reçus grâce à Babelio) et pour lesquels nous sommes tous invités à voter.

Publié dans Prix Relay, Roman

Partager cet article

Repost 0

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, de Céleste NG

Publié le par Alice

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, de Céleste NG

Lydia est morte. La seule enfant aux yeux bleus de cette famille métis dont le père est un fils d'immigré chinois.

L'histoire se passe dans les années 70, dans une banlieue américaine où la différence de couleur de peau, ou d'origine ethnique n'est pas commune. Malgré les diplômes du père, il ne pourra jamais enseigner à Harvard. Quant à la mère, qui a pour ambition de ne pas ressembler à sa propre mère, dévouée aux tâches domestiques et à "l'art de tenir sa maison", son objectif est de devenir femme médecin malgré les préjugés et obstacles. Malheureusement ce plan de carrière sera définitivement abandonné au profit d'une première grossesse, d'une seconde et enfin d'une troisième et dernière grossesse.

D'enquête au sens traditionnel, vous n'en trouverez pas dans ce roman, en revanche, l'auteur vous emmène vers une enquête psychologique : une introspection familiale qui déconstruit la manière dont chacun s'est bâti.

Les identités des trois enfants tout comme celles des parents sont intrinsèquement liées et imbriquées dans leur relation aux autres, que l'Autre représente la société (le regard porté sur l'immigré, la femme carriériste...)  ou la famille qui par le pouvoir des figures d'attachement que sont les parents, peut mettre un poids bien trop grand sur les épaules de sa progéniture.

N'attendez pas un polar car à mesure que la lecture du livre se fait, le lecteur n'a plus de doutes à propos des causes de la mort de Lydia. Pourtant à mesure que les personnages prennent plus de profondeur, la prise de conscience de leur part de responsabilité se fait plus aiguë.

Chacun se bat avec ses souffrances, ses deuils et aspirations impossibles ; la jalousie n'a pas de place. Ici il est question de l'identité de soi face à l'autre.

Cette oeuvre est différente et particulièrement réussie, d'autant plus qu'il s'agit d'un premier roman où le regard sociologique éclaire particulièrement la psychologie des personnages.

 

J'ai lu ce livre dans le cadre du Prix Relay des voyageurs (une sélection de quatre romans reçus grâce à Babelio) et pour lesquels nous sommes tous invités à voter.

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, de Céleste Ng

Editions Sonatines, 2016.

Publié dans Thriller, Roman, Prix Relay

Partager cet article

Repost 0