Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tropique de la violence, de Nathacha APPANAH

Publié le par Alice

Tropique de la violence, de Nathacha APPANAH

Tropique de la violence sera incontestablement le dernier roman 2016 et sans doute un des plus marquants.
Mayotte, cette île oubliée de tous, où se jouent des drames que l'on imagine ailleurs : à Lampedusa par exemple.
Moïse a été recueilli par Marie, chez qui le désir d'enfant n'a pu être comblé auparavant. Moïse, cet enfant qui aurait pu être celui courant les rues, abandonné, sans papiers, dans ce vaste bidonville qu'est Gaza, à Mayotte, où la drogue, la violence, les vols sont monnaie courante.
Moïse c'est ce gosse qui aurait pu échapper à son destin mais qui s'est trouvé tiraillé entre ses peurs et sa fascination de ses origines.

Il y a cette France de Mayotte, avec des "enfants perdus", sans identité, sans parents, sans avenir, et sans même la langue française pour repère.
Il y a cette France de Mayotte où les esprits et les croyances font et défont les destinées autant qu'ils les détruisent.
Et c'est la France.

"On te chuchote que la moitié des habitants de Mayotte est constituée de clandestins, que tous les équipements de l'île ont été conçus pour deux cent mille habitants mais qu'officieusement il y aurait presque quatre cent mille personne sur l'île et tu dis "Mais ce n'est pas possible, ça va exploser", et cette phrase que tu prononces a été prononcée des milliers de fois avant toi. (...). On te dit que si ça continue, si l'Etat français ne fait rien, ce sont les Mahorais eux-mêmes qui prendront leur destin en mais et ficheront tous les clandestins et les délinquants dehors. Tu as alors l'image de centaines de Noirs descendant dans la rue et tu ne sais plus si c'est une image du Rwanda ou du Zimbabwe ou du Congo et tu dis "Ca n'arrivera jamais dans un département français"

Publié dans Roman

Partager cet article

Repost 0

Les chaussures italiennes, de Henning MANKELL

Publié le par Alice

Les chaussures italiennes, de Henning MANKELL

Le narrateur vit seul sur une île du Nord, avec son chien et son chat. Cela fait plus d'une dizaine d 'années qu'il a décidé de s'exiler suite à une faute professionnelle. Ce chirurgien, fils unique issu d'une famille très modeste, n'a personne au monde, n'a pas su aimer, n'a pas su s'attacher.

Comme pour ne pas oublier qu'il est toujours vivant, il creuse son trou dans la glace chaque matin, s'immerge dedans avant de retrouver la chaleur de sa maison.

Quand arrive, précédée par son déambulateur, son amour de jeunesse, qu'il a lâchement abandonnée, la vie s'ouvre à nouveau à lui. Il prend conscience de ce temps qui passe, inexorablement, ce temps qu'il a cru arrêter, seul sur son île.
C'est un très beau roman nostalgique et pourtant plein d'espoir.

"J'ai vu ma vie.
J'étais parvenu à ce point de l'existence. Il restait peut-être un ou deux carrefours en perspective, mais pas beaucoup plus. Et pas beaucoup de temps."

Publié dans Roman

Partager cet article

Repost 0

La vengeance des mères, de Jim FERGUS

Publié le par Alice

La vengeance des mères, de Jim FERGUS

Suite de Mille femmes blanches, un roman (que je vous conseille de découvrir) et qui raconte la manière dont le gouvernement américain tenta d'acheter les Indiens en échangeant 1000 femmes (toutes sorties de l'asile ou de prison) contre 1000 chevaux.
Le massacre de tribus se poursuit, épargnant quelques rares victimes. Pourtant, c'est un dernier convoi de femmes qui arrive dans la tribu de SittingBull, des femmes qui n'ont plus rien à perdre, et qui décident de devenir Indiennes, prenant les armes pour la survie de cette identité nouvelle ;
L'histoire des indiens d'Amérique est passionnante, et La vengeance des mère permet d'approcher cet univers, cette histoire révoltante.
Pourtant ce roman est beaucoup moins dense que le précédent, c'est celui de la transition, comme si les personnages, de passage, semblaient peiner à retrouver leur pronfondeur.

Publié dans Roman, Roman historique

Partager cet article

Repost 0

Au départ d'Atocha, de Ben LERNER

Publié le par Alice

Au départ d'Atocha, de Ben LERNER

Première lecture dans le cadre du Prix du Meilleur roman des lecteurs de Points. 
Au départ d'Atocha est un roman tout en langueur, avec une belle plume, poétique et touchante.
Adam est un écrivain américain en résidence à Madrid. Fragile, son âme d'artiste va de paire avec son goût pour les pilules apaisantes et les pétards roulés main. 
Peu prolifique, son expérience de la vie Madrilène est rythmée par les angoisses et les rencontres. Il rêve sa vie comme il rêve ses sentiments, peu entreprenant, il est difficile pour lui, comme pour nous, lecteurs, de cerner le degré de ses attaches sentimentales.
Tout comme lui ne prend pas possession de la vie espagnole (les lieux, les "gens", son statut même d'auteur), je suis restée à côté de l'histoire.

Partager cet article

Repost 0

Le sourire des pendus, W3, de Jérôme CAMUT et Nathalie HUG

Publié le par Alice

Le sourire des pendus, W3, de Jérôme CAMUT et Nathalie HUG

900 pages que je n'ai pu cesser de tourner.

Un premier tome de la série W3 accrocheur : Le sourire des pendus est un bon polar.

Une journaliste télé enquête sur les pratiques sexuelles déviantes et se trouve kidnappée et au cœur d'un réseau de prostitution/ pornographie infantile. Sans l'acharnement d'une jeune flic, Sookie, elle serait morte. À côté de cette "grande" intrigue, il y a Léon , le défenseur des victimes du système, Arnaud le producteur, Valentin le jeune frère amoureux d'une actrice porno...

Ces héros forment une joyeuse et ambitieuse équipe, qui viennent en contrepoids à la noirceur des milieux qu'ils infiltrent. Chaque personnage est une possibilité d'histoire et, en refermant le livre, on a juste une envie : connaître la suite ! 

Partager cet article

Repost 0

A quoi jouent les hommes, de Christophe DONNER

Publié le par Alice

A quoi jouent les hommes, de Christophe DONNER

Un roman à demi-historique captivant sur l'univers du jeu et l'histoire des premiers paris hippiques au cœur d'un Paris entrant dans la folie du XIXeme siècle.

On y croise d'illustres personnages comme la Grande Goulue, on y parle de la folie du jeu qui s'apparente à une maladie. C'est très documenté, parfois (trop) dense, mais le parcours de cet ambitieux fils d'immigrés espagnols, Joseph Oller est fascinant : touche-à-tout dont la démesure est sans égale, on lui doit encore aujourd'hui le Moulin-Rouge, les premières montagnes russes au coeur de Paris, et enfin l'invention du pari mutuel.

Partager cet article

Repost 0

Repose-toi sur moi, de Serge Joncour

Publié le par Alice

Repose-toi sur moi, de Serge Joncour

Quel beau roman que je vous conseille vivement !
Alors que tout les oppose, Aurore et Ludovic se découvrent, attirés, aimantés. Une relation presque irréelle alors que chacun des deux subit la pression de la réalité sociale ou entrepreneuriale.
J'ai plongé avec eux dans cette passion un peu folle, avec ces deux personnages pas vraiment raisonnables, a la limite d'une certaine folie ordinaire.

 

De peur de délaisser ce blog faute de temps pour construire une vraie critique argumentée, j'ai décidé de partager mon album public de Lectures publié sur Facebook, que vous trouverez ici, celui 2016 est là. Le principe ? une photo, et quelques phrases pour partager mon ressenti.

Partager cet article

Repost 0