Orgasme, de Chuck PALAHNIUK

Publié le par Alice

Orgasme, de Chuck PALAHNIUK

Quand l'histoire débute, on pourrait croire à un remake de 50 nuances de Grey mêlé à celui de Bridget Jones; une jeune femme plutôt brillante (future avocate) mais pas vraiment sûre d'elle, croise le big boss des médias : riche et beau, il l'invite le soir même à dîner.

Pourquoi elle? C'est ce que tous se demandent, à commencer par elle-même.

Galant, romantique, tout semblait présager que l'histoire d'amour qui naissait allait s'apparenter à un conte de fées. Or, Penny devient vite un objet d'expériences sexuelles censées la mener au plaisir absolu. Pourtant cette quête du plaisir n'est pas ordinaire puisque le Prince Charmant reste chaste avec Penny, s'attachant davantage à tester objets divers (sex toys), potions magiques pour la rendre plus folle de désir et de plaisir.

Elle est devenue le cobaye d'un homme désirant maîtriser les pulsions sexuelles de toutes les femmes.

 

Il est question, dans ce roman, de plaisir. D'obsession du plaisir.

Linus Maxwell, ce manipulateur met en place une vaste stratégie de contrôle du plaisir féminin : les femmes deviennent des machines à jouir grâce aux objets hyper connectés qu'il vend par millions, elles s'enferment des nuits et des jours pour prendre leur pied, devenant des zombies harassées de plaisir, délaissant les hommes qui dès lors n'ont plus d'utilité sociale.

Si l'idée de base était assez sympathique, j'ai vite été dépassée par l'aspect fantastique et humiliant de la vision des femmes, asservie par leur désir de jouir. Ajoutez à cela une histoire familiale qui tombe un peu du ciel, et c'est le roman même qui m'est tombé des mains.

Orgasme, de Chuck PALAHNIUK

Editions Sonatine, 2016.

Publié dans Roman

Commenter cet article