Le poids des secrets, d'Aki SHIMAZAKI

Publié le par Alice

Le poids des secrets, d'Aki SHIMAZAKI

Quel enchantement que cette série de 5 romans (Tsubaki, Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa et Hotaru) qui constituent Le poids des secrets.

 

Il s'agit d'une vaste histoire familiale faite d'amours illégitimes, de secrets de famille : chaque court roman (une bonne centaine de pages chacun) laisse la parole à un protagoniste et éclaire l'histoire de son propre vécu.

Il est beaucoup question du poids des origines, des secrets de famille liés à la naissance, dans un pays où le poids des traditions est omniprésent. Au-delà de l'intimité des foyers, deux tragédies (le tremblement de terre de 1923, et la Seconde Guerre Mondiale avec la bombe Hiroshima) précipitent les destins.

Cette série de romans laisse filer le temps sur une génération.

- Dans Tsubaki, le premier tome, Yukiko, raconte comment et pourquoi elle a tué son père. Celui-ci a une maîtresse, Mariko, avec laquelle il a un fils, Yukio.

- Hamaguri, c'est la voix de Yukio, l'enfant illégitime, qui éprouve de forts sentiments pour Yukkiko, celle dont il ignore qu'elle est sa demi-soeur. 

-Tsubame, et le récit de Mariko, elle-même enfant illégitime ressortissante coréenne, abandonnée par sa mère. Elle a été recueillie par un prêtre et rebaptisée avec un nom japonais. 

- Wasurenagusa. Il s'agit ici de l'histoire de Kenji, celui qui a épousé Mariko et a adopté son fils illégitime, Yukio, faisant fi de la tradition familiale et de l'ascendance (étant lui-même stérile).

-Hotaru. La période est contemporaine, puisque c'est la petite fille de Mariko qui est la narratrice. Sa grand-mère se confie et révèle l'histoire familiale.

La boucle de ces cinq romans étant ainsi bouclée. Ma première réaction a été d'avoir envie de relire le premier tome, Tsubaki ; les cinq tomes sont en effet imbriqués les uns dans les autres, tout comme la destinée de la petite dizaine de personnages est intimement liée.

Chaque livre éclaire le précédent, leur humanité révélée, et leurs "erreurs" et égarements si touchants.

 

L'écriture est d'une délicatesse sans égale. A la manière des peintures japonaises, le récit est tout en suggestions. Il y a une finesse, du raffinement dans la peinture des sentiments et de la sensualité des personnages. L'auteur évoque la nature, avec un esthétisme rare, que ce soient les fleurs ou les lucioles par exemple. J'ai beaucoup aimé cette pudeur de l'écriture, cette évocation fine et juste des sentiments.

C'est très beau mais aussi passionnant. Le contexte historico-politique est indissociable de l'histoire, qu'il s'agisse de la seconde guerre mondiale que des relations en tre le Japon et la Corée.

 

Il faut lire ce roman. Absolument !

Tsubaki, Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa et Hotaru constituent Le poids des secrets, de Aki SHIMAZAKI, Editions Actes Sud, Babel

Publié dans Roman, Coup de coeur

Commenter cet article

Estellecalim 15/07/2016 16:21

Je note bien vite :D