La belle amitié de Mes amis devenus, de Jean-Claude MOURLEVAT

Publié le par Alice

La belle amitié de Mes amis devenus, de Jean-Claude MOURLEVAT

Le roman s'ouvre alors que Silvère, un presque sexagénaire, attend ses amis pour quelques jours de retrouvailles sur l'île d'Ouessant.

40 ans qu'ils ne se sont pas vus pour la plupart, et pourtant, ces cinq là : Luce, Mara, Jean, L'Ours et Silvère, sont restés unis par delà le temps. L'idée de Jean de les réunir apparaît comme une évidence pourtant teintée d'angoisses pour Silvère : et si le temps les avait rendus méconnaissables? différents?  et si lui-même, à leurs yeux, était-il devenu un vieillard? Les années auront-elles effacé les sentiments et attirances? et les souvenirs, sont-ils intacts pour tous?

L'attente à l'embarcadère est l'occasion pour le narrateur d'un long flash back, des conditions dramatiques de la naissance du héros, son enfance... et son adolescence. C'était un autre temps, un autre lieu, là où les rapports humains étaient simples et faciles, où l'on aimait follement.

Les histoires d'amitié se nouent, se scellent, une amitié fraternelle évidente pour Jean et Silvère, l'amour que tous ont éprouvé pour Mara.

Et puis le présent retrouve sa place, et les sentiments aussi : l'évidence des retrouvailles, la tendresse, les souvenirs, les épreuves traversées, la mort de leurs proches. C'est la vie qui se poursuit, les uns avec les autres, les uns sans les autres. 

Il n'y a pas de rebondissements qui viendrait casser l'harmonie de cette jolie histoire d'amitiés.

Mes amis devenus est un roman nostalgique, doux amer. On se projette, le coeur pincé par ce temps qui passe et qui laisse filer ce qui ne sera plus jamais pour un présent plus fragile, vers la maladie, et la mort qui demeure, au final, la seule certitude.

A quoi vont-ils resssembler? Je m'attends malgré moi à les voir apparaître dans l'éclat de leur jeunesse, intacts, tels qu'ils étaient autrefois, et rigolant du bon tour qu'ils auraient joué à ce salaud qu'est le temps. 

J'avoue que j'ai caressé un instant l'espoir que Mara me reviendrait par le principe des vases communicants, mais l'amour ignore ces lois réservées à la physique et je n'ai rien caressé d'autre que que l'espoir.

 

 

 

 

Mes amis devenus, de Jean-Claude MOURLEVAT

Fleuve Editions, 2016

 

 

Publié dans Roman

Commenter cet article