Les opinions de M. Zède, d'Hans Magnus ENZENSBERGER

Publié le par Alice

Quatrième de couverture : "Qui dit A, doit dire B, paraît-il, et ainsi de suite jusqu'au bout de l'alphabet. Je vous prie de ne pas compter sur moi pour observer cette règle." Ainsi parle M. Zède. Chaque après-midi, ce bonhomme fait invariablement son apparition dans le jardin public, s'engageant  dans des dialogues du tac au tac avec les passants. Est-ce un sage, un clown, un provocateur, un abstracteur de quintessence? Beaucoup s'en vont en hochant la tête ; d'autres écoutent le philosophe rondouillard et discutent sans fin avec lui. Il n'écrit jamais rien mais ses auditeurs prennent des notes. Celles-ci ont fini par former ce petit livre, almanach paradoxal de sagesse postmoderne où sont les opinions, agaceries et autres considérations d'un personnage insaisissable. Comme Socrate, M. Zède est un accoucheur de pensée."

 

Ce livre, sans fil conducteur, mis à part la présence de ce personnage, Monsieur Zède, est un recueil de considérations, maximes, réflexions.

On pourrait se croire revenus aux temps anciens, dans l'Antiquité, alors que les disciples d'Aristote suivaient ses enseignements en marchant...

Mais ce M. Zède est moderne, contemporain, il évoque tout aussi bien la politique que les nouvelles technologies, l'argent... à un public hétérogène de fidèles. 

Pour être honnête, j'ai eu beaucoup de mal à me concentrer sur cette lecture tant les paragraphes (numérotés) n'ont pas d'unité thématique. Les pensées de Monsieur Zède ne sont ni révolutionnaires, ni humanistes. Peut-être un philosophe qui prend les choses de la vie avec de la hauteur et de la distance; cela ne m'a pas semblé très intéressant et encore moins passionnant.

118.

" Prévoyant une séance longuette, quelques-uns d'entre nous avaient apporté des hot-dogs au curry achetés à la baraque voisine. Une jeune fille en offrit un à Z., qui le refusa courtoisement. Elle lui demanda s'il était exigeant en matière de goût.

Et Z. de répondre: "Je ne saurais le nier, mais n'y voyez pas le caprice d'un enfant gâté. Je me fie à ma langue, à mon nez, à mon estomac, bref à ce que la nature nous a donné à tous. La vache sait quelle herbe lui convient et celle qu'elle ferait mieux d'éviter. Science infuse qu'on ne trouve pas dans les livres. Nul n'a l'obligation d'avaler tout ce que la société lui propose.

Vous feriez erreur si vous pensiez que la question du goût ne concerne que la nourriture."

Merci à Babelio et à l'opération Masse critique.

Publié dans Document

Commenter cet article

Bellarya 25/10/2015 13:49

Bonjour dominical avec quelques rayons de soleil enflammés dans les feuilles rousses du jardin. ..,j'attends toujours tes articles avec impatience et je les dévore .. Ils me sont utiles dans mes choix de lecture et j'apprécie la variété des livres proposés . Je regrette que quelquefois tu ne donnes pas ton avis ou ta réflexion après avoir fermé le livre ... Cela m'aiderait encore plus ... Je te remercie d'avoir ajouter le lien avec Babelio , site que je ne connaissais pas ... Bonnes lectures à toi et excellent dimanche ...

Alice 25/10/2015 21:38

Bonjour Bellarya, merci d'être fidèle !
J'avais l'impression d 'être explicite quant à mon ressenti positif et/ou négatif. Je ne le suis peut-être pas assez alors...
Je tacherai d'exprimer plus clairement ce que je pense de tel ou tel livre. Là, par exemple, j'ai eu le sentiment d'avoir affirmé que je n'aimais pas vraiment!

Je te souhaite une belle semaine,
Amicalement
Alice