NOIRE la vie méconnue de Claudette Colvin, de Tania de MONTAIGNE

Publié le par Alice

Quatrième de couverture

"Prenez une profonde inspiration, soufflez, et suivez ma voix, désormais, vous êtes noir, un noir de l'Alabama dans les années cinquante. Vous voici en Alabama, capitale: Montgomery. Regardez vous, votre corps change, vous êtes dans la peau et l'âme de Claudette Colvin, jeune fille de quinze ans sans histoire. Depuis toujours, vous savez qu’être noir ne donne aucun droit mais beaucoup de devoirs…"
Seulement, le 2 mars 1955, dans le bus de 14h30, Claudette Colvin refuse de céder son siège à un passager blanc. Malgré les menaces, elle reste assise. Jetée en prison, elle décide de plaider non coupable et d'attaquer la ville. Avant elle, personne n'avait osé et ce jour marque le début d'un itinéraire qui mènera Claudette Colvin de la lutte à l’oubli.
Noire est l'histoire de cette héroïne de quinze ans, toujours vivante, et presque méconnue. Noire est le portrait d'une ville légendaire, où se croisent Martin Luther King, pasteur de vingt-six ans et Rosa Parks, couturière de quarante ans, pas encore Mère du mouvement des droits civiques. Noire est le récit d'un combat qui dure encore contre la violence raciste et l'arbitraire.

NOIRE la vie méconnue de Claudette Colvin, de Tania de MONTAIGNE

Difficile de se mettre à la place de celui ou celle qui est caractérisé (et discriminé, exclu, rejeté) par sa couleur de peau. D'autant plus, s'imagine-t-on lorsque l'on vit en 2015 et que l'on est blonde aux yeux bleus.

Pourtant c'est ce que propose ce livre dès le premier chapitre, en imposant au lecteur cet effort d'empathie, en lui enjoignant de se mettre dans la peau d'un noir américain des années 50.

 

Tania de Montaigne, par le biais de ce récit, vient démystifier l'histoire et rendre aux personnages secondaires de la Grande Histoire, le rôle qui leur est dû. C'est tout particulièrement Claudette Colvin (dont le nom fut même mal retenu à travers les années) qui est réhabilitée dans la lutte contre la ségrégation.

C'est assez édifiant, même si au fond, on sait bien que pour servir la cause, n'importe quelle cause, certains, aux histoires peu médiatiques, seront laissés dans l'ombre, au profit de personnages plus neutres, plus "lumineux". En l'occurrence il s'agira ici de la très célèbre Rosa Park qui, pourtant, marchera dans les pas de cette Claudette, malmenée par la vie avant et après avoir été jugée pour ne ne pas avoir cédé sa place - non plus - à un blanc.

Ce livre est juste car il milite activement pour une forme d'égalité, face aux traces laissées par l'Histoire, mais aussi dans le présent, en rappelant les tragiques faits d'actualité dont les noirs ont été injustement et incompréhensiblement victimes (aux Etats-Unis, en France aussi avec l'insulte faite à Madame Taubira), mais en invitant le lecteur à regarder ces dizaines de millions de couples mixtes, comme autant de preuves que tout cela reste marginal et le deviendra plus encore au fil des années.

 

 

"Mais poursuivons, suivez votre serviteur, suivez-moi, car désormais, vous êtes noir. Etre noir, contrairement à ce que l'on imagine, ça n'est pas une question de peau, c'est une question de regard, de ressenti. Ca vient de l'extérieur d'abord, de l'autre, puis le problème d'infiltre, comme une inondation sournoise, ça perce la cuirasse goutte à goutte, ça effrite par imprégnation. Il fut un temps où je n'étais pas noire. C'était avant la collision, avant l'école maternelle. Il fut un temps où j'étais simplement une petite fille de pas encore trois ans."  Page 22

 

"Lorsque j'ai voulu vous parler, vous voir peut-être, vous m'avez fait répondre que vous ne souhaitiez plus être dérangée, que tout avait été dit, et jusqu'à présent, vous comptiez retourner dans le silence qui vous avaIt toujours accompagnée. Vous souhaitiez redevenir une de ces silhouettes qui parcourent les rues, sans éclat, sans susciter rien d 'autre que l'indifférence, désireuse de ne pas être à nouveau maltraitée par l'Histoire". Page 161

NOIRE la vie méconnue de Claudette COLVIN, de Tania de Montaigne.

Editions Grasset

2015.

Publié dans Document

Commenter cet article