Sa petite chérie, de Colombe Schneck

Publié le par Alice

Sa petite chérie, de Colombe Schneck

Quatrième de couverture

Dans un roman d'amour, ils se retrouveraient et se diraient qu'ils n'ont jamais aimé personne d'autre. Peut-être même aurait-elle dit "oui" la première fois, au collège.

Ou il lui aurait demandé une deuxième fois d'être "sa petite chérie", comme elle l'espérait tant. Ils auraient été leur premier amour.

A présent, ils ont quarante ans, oseront-ils enfin le vivre?

 

Ce court roman c'est celui des premiers émois mais racontés sous le prisme de la quarantaine : les souvenirs du "M'aime-t-il?", "Et s'il me dit ça, qu'est-ce que je dois en comprendre?". 

Sauf qu'Elle ne sait toujours pas si Jean l'a aimée, ce que Jean éprouve toujours pour elle, malgré son mariage, ses aventures et ses enfants. Et bien plus que les sentiments qu'Elle éprouve pour Jean, c'est le mystère même de son amour qu'elle veut résoudre.

Ce roman est touchant, il réveille les petites filles qui sommeillent en nous, et qui croient toujours aux contes de fées, mais heureusement qu'il est court parce qu'on ne voit plus très bien ou Elle veut en venir, puisque jamais Elle ne se confronte aux sentiments de Jean ; c'est comme si leur relation était, à 30 puis 40 ans, toujours celle de leurs 15 ans.

Et puis cette chute, où on se demande "Ha, tout ça pour ça?"

Cette histoire d'amour est pathétique, peut-être comme toutes les évidences manquées...

 

"L'image de Jean devenait moins floue. "Fuis-la, elle te suit, suis-la, elle te fuit" m'aurait expliqué en riant mon père. Un simple jeu avec une règle qui ne tenait qu'en une seule ligne et je n'étais pas capable d'y jouer correctement.

Je pourrais fuir Jean, il ne s'en rendrait même pas compte."

 

"Je dis l'aimer parce que je me sens délaissée. Je vieillis, je me raccroche à cette histoire d'adolescents. Jean seul comprend que je me trompe. J'ai changé. Je suis devenue si dure, tout glisse sur moi. Je crois l'aimer, lui ou un autre, en vérité je n'aime personne d'autre que moi.

Je veux mon seul bonheur, celui des autres ne m'intéresse pas. J'aime l'idée que l'on m'aime, que l'on souffre en pensant à moi.

Je crois exister quand je reçois une lettre, un bouquet de fleurs. L'amour, c'est une histoire à deux."

 

 

(Je participe avec ce billet aux Samedi lecture de VirginieB)

Je vous rappelle aussi que vous pouvez participer au concours pour tenter de gagner une box  littéraire maison !

Sa petite chérie, de Colombe Schneck

Editions Stock, 2007

Publié dans Roman

Commenter cet article